jeudi 1 août 2013

Nigéria :une religieuse aurait les stigmates du Christ.










Mise en garde.
Le Nigéria est  en ce moment en état de guerre contre le Boko Haram

et la zone dont je parle dans cet article est  proche des zones de conflits et est extrèmement dangereuse.
Je ne vous conseille pas d'aller dans cette région en touriste.


http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/nigeria-12319/




------------------------------------------------------------------------------------------------------



 Une religieuse catholique dans un village éloigné d'Enugu saigne mystérieusement sur son front, des paumes, des yeux et des pieds comme lors de la Passion de Jésus-Christ.


article du 30 juin 2013

le Sunday Sun est un journal du Nigéria

L'article source a été supprimée,mais il avait été repris par Spirit Daily et le blog  Vision of Christ.

http://sunnewsonline.com/new/

http://www.visionsofjesuschrist.com/weeping1669.html


 Non seulement cela, elle reçoit de nombreuses révélations sur les choses cachées pour les  déterrer et détruire plusieurs charmes qui auraient été utilisés pour enchaîner les destins des hommes.

Le Jeudi Saint, à quelques jours du dimanche de Pâques de 2012, un journaliste a entrepris un voyage tortueux de 12 heures à Umuagbedo Agu, communauté Amachalla à Nsukka, État d'Enugu.(Nigéria)


Dans une école primaire locale de la communauté, la messe , selon la tradition catholique, était en cours. Il était 22h30 et une mer de têtes recouvrait tout le champ. 




                   
                                 Sr,Martina Oforka 

Une femme avec une  cape bleue nouée autour de la taille a discuté avec une dame, en lui disant qu'elle avait déjà remarqué des signes et avait peur que si le prêtre ne termine pas la masse avant minuit,elle aurait les signes de la passion dans le champ de l'école.

Le prêtre officiant, identifié comme le Père. Ekwueme, a terminé la consécration eucharistique et sœur Martina l'a rejointe en partageant la Sainte Communion. Il y avait beaucoup de gens à la messe et le partage de la communion a duré longtemps. A un moment, sœur Martina est devenu agitée et s'arrêta.


photo illustrative

La messe a continué jusqu'à environ 23h59. Soudain, la sœur a crié de douleur et fit signe à son assistante, Eucharia, de venir lui tenir les mains.

Les deux mains de sœur Martina avaient soudainement gonflé,provoquant une rupture et des saignements des paumes des mains. 

C'était exactement comme si les clous avaient soudainement  percés dans les deux mains, laissant un trou béant qui a saigné ,la laissant titubante dans la douleur.

En un clin d'œil, elle courut à sa maison à quelques mètres du lieu de la messe, ce qui provoque un certain émoi. Ceux qui ont remarqué la rumeur a également couru après lui pour occuper des postes d'observation pour l'événement de la nuit.

Ce journaliste a suivi la foule qui courait 
et s'est retrouvé dans une des chambres d'un bungalow de quatre chambres qu'elle occupe. Il a été réalisé plus tard que la pièce servait de  chapelle où les prêtres qui travaillent à la paroisse Holy Cross, Ikpamodo, la paroisse-mère de la gare Amachalla, ont déjà mis en place pour elle l'ostensoire contenant le très sainte Eucharistie pour l'adoration perpétuelle.



photo illustrative du MOD ( ils fouillent les sacs,contrôlent les véhicules,patrouillent lors des cérémonies pour éviter les attentats du Boko Haram.

En arrivant dans la salle, la foule a bondi en avant, mais la sécurité locale fournie par les hommes d'ordre et le Mouvement de la discipline (MOD),Men of order and Discipline, une sécurité d'autodéfense de l'Eglise catholique, contrôlait la situation.

Sœur Martina est parti dans d'atroces douleurs profondes, criait à l'aide que le sang continuait à suinter. Un médecin, Sylvanus Nnadi, l'aida. Le médecin a déchiré des bandages et banda et attacha les mains et les jambes pour contrôler les saignements.

Soudain, il émane un parfum dans toute la pièce.
Le sang a commencé à sentir le vin rouge utilisé dans la messe catholique  . A ce moment, le père. Ekwueme avait fini la messe à l'école primaire et avec les autres fidèles s'attroupaient autour de sœur Martina. Fr. Ekwueme a également été rejoint par le père. Aaron Okogu et le père. Samson.

Sœur Martina, qui était déjà allongé sur le sol accidenté, a commencé à saigner de son front. Comme une réplique du film de Mel Gibson, La Passion du Christ, elle a commencé à avoir des actes étranges manifestes qui a déconcerté tout le monde. Elle gémit dans de grandes douleurs, comme si une main invisible avait posé une couronne d'épines sur sa tête .

A un moment, elle a commencé à prier et à prophétiser.Elle n'était plus consciente de ce qui se passait autour d'elle.Elle a prié pour les prêtres pour qu'ils continuent leurs vies de chasteté. Elle a également prié pour les malades, et disant qu'il y aurait une guérison grâce aux anges de Dieu.



Elle a dit que Dieu était en colère
sur la généralisation de l'avortement dans le monde d'aujourd'hui. Elle a mentionné le nom d'un petit enfant et sa mère, Perpmario Ebere, qui était parmi la foule et a demandé qu'ils devraient être autorisés à entrer à l'intérieur de la salle 

pour la voir. Sr Martina a également demandé qu'on lui donne la Sainte Communion.

Un prêtre lui donna un morceau de l'hôstie,


mais étonnamment, quand elle a ouvert sa bouche encore une fois, l'hostie était mélangé avec du sang. Son vêtement blanc avait été imbibé complètement de sang t à un moment elle a momentanément perdu connaissance. 


Elle a aussi donné plusieurs messages sur le Nigeria, l'église, les dirigeants de la communauté, et les plans de personnes occultes pour nuire à des enfants de Dieu, entre autres. La scène s'est poursuivie au milieu des prières et des chants de la foule hors de l'enceinte et des maisons voisines jusqu'aux  premières heures du matin quand les gens ont commencé à se disperser.


Une semaine plus tard, ce journaliste a visité sœur Martina qui attendait ses visiteurs. Après l'introduction, elle a dit: 



"Oh, quoi qu'il arrive pendant le temps de la passion, cela me dépasse. C'est une rencontre divine et je ne peux pas expliquer ce que j'ai fait ensuite. D'ailleurs, je ne parle pas à la presse."


Cependant, dans le passé ,voici un an et trois mois, le Sunday Sun avait suivi la vie, la personne et les activités de Sœur Martina. Au cours de la semaine sainte de Pâques dernier, précisément le Jeudi Saint qui précède le Vendredi Saint,

 le scénario était presque le même, si ce n'est pas plus grave. La passion avait été également assisté par trois prêtres catholiques et environ quatre sœurs d'un autre couvent.

 Cette fois-ci, sœur Martina avait chargé les femmes d'Ovoko  Igbo-Eze  zone sud du gouvernement local de l'Etat d'Enugu, qui éprouvaient des difficultés dans la foi et dans leur communauté à jeûner et prier.

Elle a dit aux femmes qu'elles seraient victorieuses dans une affaire judiciaire venant le lendemain, ce qui finalement arriva.

La semaine dernière, Sunday Sun a visité à nouveau le lieu de sœur Martina . 


Elle a refusé avec véhémence de parler, mais l'un de ses assistants est intervenu ainsi: 


"Journaliste, vous avez pris la peine de suivre la soeur depuis si longtemps et vous devez réaliser qu'elle ne cherche pas la publicité. Elle ne peut pas vous parler, mais au moins je vous autorise maintenant à écrire ce que vous voyez à la condition de ne pas exagérer et de faire du sensationnalisme dans votre article ".

Sa biographie 


Né le 28 Septembre 1975, Sœur Martina Oforka

 originaire de l'Oraifite dans Ekwusigo zone de gouvernement local, l'Etat d'Anambra.(Nigéria) 


Ses parents, John et Joy Okoma Oforka, sont morts quand elle était jeune. 



Sœur Martina a été élevé par des bienfaiteurs et  avec quelques sœurs à Enugu.

Après ses études secondaires, elle a rejoint les Sœurs de Jésus le Sauveur de la Congrégation fondée par le Rév. Emmanuel Ede dans Elele, Etat de Rivers.




Bishop Ayo-Maria Atoyebi of Ilorin, Nigeria, is pictured at center.2009

Elle a quitté la congrégation par des révélations divines en 1996, mais a finalement été consacrée une religieuse dans l'Ordre des Vierges le 6 Octobre 2000, 

par Mgr Ayo Maria Atoyebi, évêque catholique de Ilorin. 


Dix ans plus tard, le 2 Mars 2010, le Saint-Père le Pape et maintenant émérite, le pape Benoît XVI, a accordé sa bénédiction papale.


Selon Mme Rose Onyekewlu, qui était la bienfaitrice de Martina,

elle a commencé à manifester des signes d'une grâce spéciale à l'âge de neuf ans. Elle est d'abord restée avec son demi-frère, John Oforka, mais à l'âge de 9 ans elle est allée avec quelques amies au monastère.


 Quand elle revint, son frère, qui était un pentecôtiste, a insisté pour que Martina devrait arrêter de dire le, Je vous salue Marie et devait la rejoindre dans son église, mais Martina a refusé et a été renvoyé hors de la maison en guise de punition.



photo illustrative

Mme Onyekwelu révélé qu’elle a été aide à domicile pour certaines femmes, sœur Martina a fait aussi ses études secondaires au Collège Saint-Rosaire, Enugu, et a été soutenu par le Rév. Simeon Eneh, puis un séminariste qui l'a envoyée à une Madame Ukoh grâce à l'aide du révérend
 des Sœurs Maria Goretti des Filles de l'Amour (DDL) congrégation Divine.

"Quand elle a terminé son WASC en 1992, elle est venue à la maison et m'a dit que la Mère Générale des Sœurs DDL voulait lui faire enseigner dans une école maternelle alors qu'elle se préparait pour JAMB. 

Elle a enseigné à l'école maternelle pendant un certain temps et a rejoint les Sœurs de Jésus le Sauveur, Elele, fondée par le Rév. Emmanuel Ede.

Les sœurs voulaient la persuader qu'elle reste avec les Sœurs DDL mais elle a dit qu'elle avait été attirée par l'adoration eucharistique et la procession mariale à Elele.

 Elle a dit qu'elle allait écrire à la Mère DDL général et d'autres sœurs, y compris celle qu'elle considère comme sa seconde mère, Sr. Bernadine Ikeji, pour leur dire qu'elle avait rejoint les sœurs à Elele.

«Un jour, nous lui avons rendu visite au couvent Elele 
et elle m'a dit que comme elle priait, le Christ lui a dit que l'endroit n'était pas pour elle. La prochaine fois que je lui ai rendu visite, 

elle m'a dit que le Christ lui disait de quitter les lieux, mais elle a refusé et, par conséquent, elle avait eu le paludisme, qui a refusé de s'améliorer malgré tous les traitements.

Un autre jour, je l'ai vue à la maison et elle m'a dit qu'elle avait quitté Elele. Je lui ai demandé si elle avait été expulsée et elle a dit, personne ne l'a expulsé, qu'elle était partie d’elle-même. 

Ce qui m'a convaincu, c'est que les sœurs de Elele venaient la supplier de revenir, mais elle a refusé.



Elle a finalement quitté la maison pour Port Harcourt pour voir sa «mère», Sr. Bernadine Ikeji, d'où elle a commencé à manifester des signes de cette passion..

Sœur Martina et les Stigmates

Le Sunday Sun a appris que la sœur Martina a reçu des signes 






de stigmates le 2 Mars 1997. Dans un premier temps, celà a commencé avec la flagellation, un battement mystérieux par lequel une main invisible comme une canne , 

ce qui conduit à des blessures, des douleurs et des marques sur son corps. C’était si grave qu'il a fallu une série de prières de supplication avant que cela n’ai été changé par la passion et des saignements sur la tête, mains, pieds, des nervures latérales et aux yeux.

Depuis 1997 jusqu'à maintenant, Martina connaît ces signes étranges tout au long de la saison du carême avant Pâques, le jeudi Saint précédant le vendredi Saint et chaque Toussaint aussi chaque 2 Novembre , également connu sous le nom Saint Souls Day.

A Onitsha, le Sunday Sun a rencontré le Rév. Dr. Benjamin Udeh, professeur et aumônier actuellement à Nwafor Orizu College of Education, Nsugbe, qui a fait des études à l'Institut catholique de l'Afrique occidentale (AFIC), Port Harcourt, Rivers State, l’endroit ou Sr Martina a eu ces premiers signes .

Fr. Benjy, qui a tout vu et avait suivi la vie et le ministère de Sœur Martina depuis lors a donné un témoignage oculaire.



"Sur la dernière semaine de Février 1997 Soeur Martina est venue à CIWA, Port Harcourt, pour voir sa sœur, la soeur Bernadine Ikeji, et me voyait, aussi. Plus tard, elle retourna à Enugu pour voir une autre sœur et retourné le 3 Mars 1997. 

Ce même jour, elle m'a raconté l'histoire de sa rencontre avec le Seigneur ainsi: elle dit alors qu'elle était à Enugu le 2 Mars 1997, elle dormait dans le salon du couvent DDL à Uwani, Enugu, où environ vers minuit une photo accrochée sur le mur est tombé.


 Quand elle s'est réveillée et a voulu la raccrocher, elle a allumé la lumière et une autre photo aussi est tombé mystérieusement. 



C'est alors qu'une voix sans direction précise lui parla en disant: «Mon enfant, je suis venu pour vous plusieurs fois, mais vous avez refusé de venir, pourquoi?

Cela a été répété trois fois et elle répondit: «Seigneur, si vous êtes là pour m'appeler, je suis fatigué de vous parce que vos manières sont pleines de souffrance ».





"Pour couper court à cette longue histoire , j'étais réticent à croire son l'histoire jusqu'à ce que les événements prouvent que l'Esprit de Dieu se trouvait en elle. 

J'ai entendu sa confession  la nuit et lui ai donné la communion autour de 02h30 le 4 Mars 1997, et tout a commencé à se produire très rapidement.

"J'ai observé cette nuit que ceux qui voulaient lui parler, que ce soit notre Seigneur ou Notre-Dame, parlaient par la bouche de Sr Martina et elle y répondait . 



Après la communion, le Seigneur lui a dit:

 «Le 13 Mars 1997, je vais vous donner la Sainte Communion, je vais aussi vous donner une autre sainte communion à donner à mes élus, les prêtres, pour montrer que je suis l'Éternel, leur Dieu qui leur est consacré sur l'autel. 

Martina dit alors: Mon Seigneur, je ne suis pas digne de le faire. "Alors le Seigneur dit:



« Je suis le Seigneur qui vous a envoyé, vous recevrez cette communion, le jeudi 13 Mars, 1997. "

«Après cette rencontre, elle a ensuite commencé à souffrir la Passion de notre Seigneur. A un moment, c’ était trop sévère pour elle de sortir de la messe du matin. Le 11 Mars 1997, après la messe du matin, j'ai lui ai envoyé la Sainte Communion alors qu'elle était encore dans un état de transe. 

Quand je suis arrivé, elle murmura à l'oreille de Sr Bernadine qu’ elle était trop faible pour parler, et me demandait de prier un Notre Père, un Je vous salue Marie et un Gloire à Dieu, et je l'ai fait. Elle a ensuite demandé à un autre prêtre, le Père. Alphonse Okoji, du diocèse Abakaliki , qui a été invité à répéter la même prière.

 J'ai ensuite donné la communion, et elle nous a dit de nous 'agenouiller devant le petit autel et de répéter la prière. Nous l’avons fait et elle a alors fait appel à nous, et a montré sa langue, et voici, la sainte hostie était encore sur sa langue, mais gonflé, la surface était plus blanche que d'habitude.

 De la partie inférieure, il a commencé à verser du sang. Nous avons été surpris par l'hémorragie qu’ y était importante que l'on avait failli la confondre avec autre chose.



Encore une fois, le 13 Mars 1997, après la messe du matin, 8 heures-08h30, je lui ai apporté sa sainte communion comme elle l'était dans les douleurs graves et trop faible pour marcher.

 Elle était dans un état de transe et m'a dit de répéter  la prière pour les péchés du monde, ce que j'ai fait. Elle demanda alors que trois autres prêtres soient appelés, quatre prêtres sont venus.



 Elle leur a dit de dire les mêmes prières individuellement, ils l'ont fait. Puis elle a dit: 

«Lorsque vous recevez l’ hôstie sacré, le Père, le Fils et l'Esprit Saint sont contenues. Nous sommes trois personnes mais un seul Dieu. C'est moi qui ait nourri la foule avec quelques miches de pain. "



Elle a ensuite fait sortir sa langue, et je lui ai donné la petite hostie (Sainte Communion). Elle nous a dit, cinq prêtres et à sœur Bernardine, de s'agenouiller et de répéter  la prière pour les péchés du monde. Nous l'avons fait, et puis elle a fait sortir sa langue. 

photo illustrative

A notre plus grand étonnement, la simple hostie s'est transformée en trois hôsties égales de la même taille et forme que celle que je lui avait donné. 

Cela a été vu par cinq prêtres et une sœur, à savoir: Fr. Mathew Arinze, Isele-Ukwu diocèse; Fr. Alphonse Okoji, Abakaliki diocèse; Fr. Uchenna Maduka, Okigwe diocèse; moi-même, le père. Benjamine Udeh, et Sr. Bernadine Ikeji, de congrégation DDL.


Une autre fois, nous étions à une veillée quand elle a reçu la sainte communion du ciel directement dans sa bouche et deux grandes hosties,qu' elle a laissé tomber à l'intérieur du ciboire vide à la stupéfaction de chacun d'entre nous.




Événements plus étranges.





Le Sunday Sun a appris que la sœur Martina a ensuite quitté Port Harcourt et s'installe dans un village reculé dans Enugu-Ezike, l'État d'Enugu. 

Là, son don s’est manifesté de plusieurs façons et elle a continué à faire des merveilles.



Fr. Benjy et un autre frère, qui a demandé l'anonymat, ont raconté au Sunday Sun un aperçu sur la façon dont elle a déménagé.


"Dans la nuit du 14 Septembre 1996, le Seigneur a parlé à Sœur Martina disant:« Vous avez fini le travail que je vous ai dit de  faire ici. Emballez vos affaires maintenant et aller à un autre endroit que je vais vous montrer. Là, vous avez beaucoup de travail à faire pour moi.

 Le message a été répété en 2007 avec une instruction spécifique sur l'endroit où elle allait s'installer qui avait eu une forte emprise sur le destin de nombreuses personnes  qui avaient été détruites et lié par les forces du mal ".




Sœur Martina  descendit d’abord à Obollo Afor et parcouru de nombreux miles à Enugu-Ezike sans poser de questions.Elle s'installe à Umauagebedo Agu, communauté Amachalla, où elle a vécu dans une maison  en ruines à la suite de morts mystérieuses.

 La maison, un bungalow de quatre chambres, avait été abandonné parce que de nombreux membres de la famille étaient tous morts, sauf un homme qui avait fui pour sa sécurité et  faisait des petits boulots à Onitsha, état d'Anambra.




Terreur des démons

Au cours des enquêtes,Le Sunday Sun a recueilli que Sœur Martina  à travailler dans la communauté et a commencé à montrer des signes et des prodiges, sous l'influence de l'Esprit Saint. Ses prières non seulement ont rétabli la vie dans l'enceinte déserte, mais le jeune homme survivant  qui vivait comme un fugitif est rentré chez lui, s’est marié et a pu  subvenir aux besoins de sa famille.





Sr Martina a fait plusieurs prières de nettoyage des sols, à la fois dans la communauté et d'autres endroits  tout près de là. Dans certains endroits, elle a détecté mystérieusement des charmes dangereux enfouis sous le sol, qui avait été à l'origine des ravages commis aux gens.

 Elle a non seulement exhumé ces charmes, mais les a détruit et a libéré les familles de l'esclavage spirituel et des maux invisibles.





A la  communauté de Inyi, il fut un temps ou les mauvaises personnes régnaient dans la région. Ils ont tué des femmes au hasard,  récoltés  leurs parties vitales du corps, qui auraient été vendues à un syndicat du crime près d’ Abuja . 

La situation était si tendue que même lorsque les membres de la communauté savaient ceux qui étaient derrière ces atrocités, personne n'avait  osé lever le petit doigt contre eux par peur d'être maltraitées. 

Puis, alors que la tempête fait rage, personne n'osait se promener seul la nuit dans la communauté, mais après l'obtention d'informations sur la situation, Sœur Martina a décidé de se confronter à eux.




«Elle a réuni la communauté autour de minuit,
prêchant l'Évangile de repentir pour les auteurs du mal et a eu l'audace de défier les plus endurcis. Sœur Martina a mené une guerre sans merci contre ces hommes mauvais et avec la grâce de Dieu, elle a réussi à  éloignés  certains d'entre eux hors de la ville, tandis que d'autres repentis ont été arrêtés et poursuivis à Abuja. 

Elle a rassemblé des femmes de la communauté qui s'élevaient contre ces mauvaises pratiques, et ont défilé dans des vêtements noirs à côté de Umu Ada Igbo (filles Igbo) à Enugu. Aujourd'hui, la communauté Inyi est libre de tueurs rituels et des violeurs.







 Non seulement cela,mais  elle a également réussi à attirer une maison paroissiale avec des prêtres résidents dans la communauté, ce qui a contribué à redresser le bien-être spirituel de la communauté , "Anthony Ugwuanyi l’a raconté à Nsukka.(revue)



Une religieuse et ses «enfants»



 Sœur Martina a promis chasteté perpétuelle,et accueillait dans sa maison avec plusieurs enfants et les personnes âgées.

Certains de ces enfants ont été trouvés dans les gouttières laissées par des adolescentes lors de grossesses non désirées.

 


Un des enfants nommés pascal, qui est maintenant âgé de quatre ans, a été retrouvé dans un carton derrière la clôture de l'Université du Nigeria, Nsukka (UNN).



Un des assistants de sœur Martina a dit qu'elle priait un jour où elle a eu une révélation qu'un petit garçon avait été jeté  dans la brousse pour y mourir. Dans la même révélation Il lui a donné un numéro de téléphone pour appeler un prêtre qu'elle n'avait jamais rencontré auparavant, qui étudiait à l'université.

 Elle lui ordonna d'aller à un emplacement spécifié derrière le campus et de ramasser le bébé. Le prêtre a respecté et a tout fait comme demandé et depuis lors, Sœur Martina a pris soin de l'enfant. 


Pascal et d'autres enfants qui ont perdu leurs parents à la petite enfance sont prises en charge par Sœur Martina dans sa maison.


Aimer les pauvres et les affligés



«Ici, nous avons vu un sanctuaire fait avec quatre têtes humaines et connu sous le nom egunakpa ike détruit par Jésus-Christ à travers elle.

Il y a un autre sanctuaire appelé abadainyi, oke Okpo et un mauvais arbre connu sous le nom ebe ato, qui les ancêtres ont « utilisé « avec trois êtres humains morts .

 Cet arbre a causé des ravages incalculables et tout le monde qui voulait l'abattre est mort dans le processus. Mais quand la communauté a consulté sœur Martina, l'arbre est tombé après la prière,


 mais les restes sont devenu du bois de chauffage  pour beaucoup de gens. Il y avait aussi une fois qu'elle a détruit un charme dans lequel il était allégué qu'un enfant a été tué, frit et mis dans un cercueil par le propriétaire du charme qui était un sorcier mortel.


Mais la chose la plus importante dans la vie de Sœur Martina, c'est qu'elle ne fait pas payer pour tout cela,c’est un service désintéressé. Elle nourrit plus de 40 personnes dans son foyer et encore ne se plaint pas. 

À l'heure actuelle, elle dirige une école maternelle et primaire dans notre communauté  qui est la seule école dans cette zone où les enfants ont accès à une formation en informatique et le haut niveau de l'apprentissage.


Un forte bienfaiteur du ministère de Sœur Martina, Anselme Okonkwo Onu, qui était en train de construire un orphelinat pour Sœur Martina dans sa communauté, Ogbodu, a dit avoir rencontré Martina à un carrefour dans sa vie.

 L'homme d'affaires basé à Bangkok a connu une série de malheurs à l'étranger et s’apprêtait à un retour à la maison, les mains vides , quand quelqu'un lui a recommandé  soeur. Martina. La religieuse a prié pour lui et ensuite visité sa ferme où un autre mauvais arbre, oho Ogbodu, a ensuite été abattu.






Avant les « prières et le nettoyage »,  tous les jeunes gens qui voulaient construire des maisons dans la communauté étaient morts mystérieusement, laissant derrière les bâtiments inachevés partout. 

Les nouvelles voitures et autres bonnes choses de la vie étaient rares dans la région, mais après les prières et l’abattage des arbres la fortune se mit à sourire à Anselme et d’autres opportunités  ont été restaurés. 


Anselme ,à son retour a construit une église ultramoderne pour son peuple et a érigé un orphelinat moderne et une maison pour la religieuse. 

Auparavant, il avait acheté une voiture pour  sœur Martina, elle ne conduit pas la voiture qui est toujours garée dans le vieux bungalow et continue  sa vie ascétique et humble. 

Un autre bienfaiteur d'affaires de Sœur Martina, Idoko Didyme décrit la sœur comme une bénédiction pour cette génération. Il l’a comparé aux saints défunts  comme sainte Catherine de Sienne et saint Padre Pio en Italie.



sources
http://sunnewsonline.com/new/cover/mystery-catholic-nun



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Question : 

Cette histoire est-elle vraie ?


Réponse :

C'était le premier article et le seul à ce moment là sur Sr Martina Oforka.

Mais elle ne cherche aucune publicité.
Le Sunday Sun connait bien cette région du Nigéria.Mais il n'y a pas eu d'autres journaux qui ont essayé d'interviewer Sr Martina Oforka.Le pays est en proie à la guerre avec le Boko Haram.Il y a eu plusieurs attentats contre les chrétiens.La criminalité est importante.

Plusieurs zones du pays sont déconséillées. (voir le site des affaires étrangères.)

Mais on peut vérifier son récit à travers les évènements que le journaliste raconte :












"A la  communauté de Inyi, il fut un temps ou les mauvaises personnes régnaient dans la région. Ils ont tué des femmes au hasard,  récoltés  leurs parties vitales du corps, qui auraient été vendues à un syndicat du crime près d’ Abuja . "




Le journaliste parle de "meurtres rituels" dans cet article du 17 février 2013.


Forêt Maléfique à Enugu


Petrus Obi à Enugu rapporte que dans une forêt dans l'État d'Enugu récemment où  des ritualistes présumés auraient démembré leurs victimes, a été découvert des parties fraîches de corps humain  et en  décomposition. Celles-ci ont été retrouvés dans la forêt située à Inyi, Enugu Ezike dans l'état du Nord .


On soupçonnait que les victimes avaient été emmenées dans la forêt et massacrés par leurs assaillants qui, leur ont enlevé leurs parties vitales  nécessaires pour des rituels d'argent .


Dans une tentative pour mettre fin à la pratique du mal dans la région, les gens avaient demandé au gouvernement de l'Etat, l'exhortant à acquérir l'étendue des terres appartenant au sanctuaire du village, Ogene Mmili.

Les indigènes qui étaient inquiets du nombre croissant de cas de personnes disparues dans la communauté, ont exigé que les personnes impliquées dans les tueries doivent être arrêtés et punis.

Parmi les victimes a été Miss Eucharia Abugu Eya qui a été enlevé dans la rue et retrouvé morte dans la forêt du mal avec certaines parties de son corps manquantes.

Il a recueilli que Mlle Gloria Ugwueke (35), et Caroline Odo Eje, une veuve avec sept enfants ont été des victimes antérieures de meurtres rituels dans la communauté.


Cependant, c’est le meurtre de Mlle Edith Ijeoma Onu Ossai qui a déclenché des protestations dans la communauté. Plus de 1000 femmes sont descendues dans les rues, 
exigeant la fin des tueries. Le corps de Edith avait été retrouvé sans son cœur, le rein et une partie privée.


Et le récit sur Sr Martina Oforka
Elle a rassemblé des femmes de la communauté qui s'élevaient contre ces mauvaises pratiques, et ont défilé dans des vêtements noirs à côté de Umu Ada Igbo (filles Igbo) à Enugu. Aujourd'hui, la communauté Inyi est libre de tueurs rituels et des violeurs.




                                                -----------------------------------                                              



cette partie est en cours de rédaction 



08/2012

http://sunnewsonline.com/new/national/day-of-rage-as-enugu-women-protest-mysterious-deaths-of-sons/

tp://www.vanguardngr.com/2012/08/serial-killings-women-take-to-the-streets-in-enugu-community/
































4ème question : que risque les satanistes du point de vue catholique ?

Tout savoir sur le Purgatoire et l'enfer
http://www.amesdupurgatoire.com/doctrina.htm


Les peines du Purgatoire pour ce genre de pratiques sont très dures et très longues,et je ne vous parle même pas de l'enfer,si vous refusez de vous repentir pour vos pêchés.

Maria Simma en parle,mais aussi Saint Padre Pio.


Dernières révélations
http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t11434-re-dernieres-revelations-a-maria-simma-ames-du-purgatoire






Maria Simma  raconte :




Un prêtre de Cologne, mort en 555, se présenta à elle, l’air désespéré. Il venait lui demander des souffrances expiatoires,(d’expier pour lui) mais il fallait qu’elle les accepte tout à fait librement, faute de quoi il devrait souffrir jusqu’au jugement dernier(quand le Christ reviendra sur Terre). Elle acquiesça et ce fut pour elle une semaine de terribles douleurs. …Cette âme devait expier des meurtres (elle avait participé au martyre des compagnes de sainte Ursule), sa défaillance dans la foi, des adultères et des messes sacrilèges.(messes noires).

les âmes du Purgatoire m'ont dit.
http://didijeremie.com/Maria_Simma_F.html


Saint Padre Pio et les âmes du Purgatoire
http://infallible-catholic.blogspot.fr/2012/05/padre-pio-on-purgatory.htm

Saint Padre Pio raconte :




Padre Pio s'est adressé à une récente femme veuve ,
son mari l'avait quitté ,elle et ses deux enfants pour vivre avec une autre femme pendant plus de trois ans.

 Tout à coup le cancer avait pris sa vie. Il a accepté recevoir les derniers sacrements avant de mourir, après de nombreuses sollicitations urgentes. 
 La femme a demandé : "où est son âme, Padre ?
 Je n'ai pas dormi,c'est inquiétant. « l'Âme de votre mari est condamné pour toujours, » lui a répondu le prêtre . 

 La femme a répondu: " Condamné  ?" . Padre Pio a hoché
 la tête de tristesse. 
Quand il avait reçu les derniers sacrements, le mourant avait caché beaucoup de péchés. Il n'avait ni repentance ni une bonne résolution. 

 Il a également été un pécheur contre la miséricorde de Dieu, parce qu'il avait toujours eu une part de bonnes choses dans la vie et qu' il avait eu le temps de se convertir  à Dieu. "

http://archive.org/stream/PadrePioACatholicPriestWhoWorkedMiraclesAndBoreTheWoundsOfJesus/PadrePioByDimondEdited_djvu.txt


Padre Pio: A Catholic Priest Who Worked Miracles and Bore the Wounds of Jesus Christ on his
Body By Bro. Michael Dimond, O.S.B., 2007

Edited by Br. Sean, 2009



L'enfer montré par la Vierge Marie :
 Portugal  1917



http://www.fatima.be/fr/fatima/vision/index.php

KIBEHO 1981




http://jesusmarie.free.fr/apparitions_kibeho.html

http://leraton-laveuretl-aigle.blogspirit.com/propheties-de-kibeho/

Ces 2 apparitions sont reconnues par l'église,ce qui est extrèmement rare.


Il y a aussi d'autres témoignages plus précis de chartreux ou de religieux qui parlent de l'enfer et du Purgatoire.J'en reparlerai mais dans quelques mois.



http://www.informationng.com/2013/02/murder-for-moneyvictims-of-ritual-murders-tell-their-stories.html


http://www.gbooza.com/group/crime/forum/topics/evil-road-50-die-in-enugukogi?xg_source=activity


http://sunnewsonline.com/new/cover/murder-for-money-victims-of-ritual-murders-tell-their-stories/

http://sunnewsonline.com/new/national/day-of-rage-as-enugu-women-protest-mysterious-deaths-of-sons/

http://sunnewsonline.com/new/uncategorized/enugu-widows-rape-update-rapists-dare-sullivan-ekweremadu/



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.